La transillumination, méthode d’investigation du gecko ?

Voir à travers le corps, rêve ou réalité ?

Il existe une ancienne méthode diagnostique d’imagerie médicale qui aujourd’hui n’est quasiment plus utilisée, avec la pléiade d’appareillages médicaux disponibles (échographie, radiographie, scanner, RMN). Il s’agit de la transillumination, qui consiste à éclairer fortement une partie du corps pour voir l’intérieur.

Impossible me direz-vous ? et bien non !

En médecine humaine, lorsqu’il est délicat de placer l’organe considéré sous un appareil radio (un de ces organes qu’on trouve sous la ceinture par exemple), il arrive qu’on préfère encore la technique de transillumination 🙂

Mais ne nous égarons pas.  Quelle est l’utilité de cette technique chez les geckos ?

« Gecko transparens »

Gecko léopard

Non ce n’est pas une nouvelle espèce décrite à Champagne Au Mont d’Or, mais lorsqu’on manipule un gecko léopard Eublepharis macularius face à une source lumineuse, il est bien transparent !

La preuve, sans même avoir recours à une lampe, car rien ne vaut le spectre solaire…

Un gecko au soleil…

L’anatomie interne révélée.

Sur le flanc, en vue de profil, on voit très clairement les deux corps adipeux pelviens qui couvrent le glandes reproductrices et la vessie. Plus haut, le foie puis le coeur se distinguent également. Entre les deux, le système digestif imperceptible sur cet exemple.

En vue de face, on voit apparaitre le système veineux abdominal.

Vue ventrale

Quelle valeur diagnostique ?

Finalement, à quoi cette technique peut-elle vraiment servir ?

En pratique, les geckos sont souvent constipés, et l’on peut détecter des masses digestives sombres.

Par ailleurs, les femelles en gestation ou en rétention d’oeufs peuvent être très simplement détectées par transillumination. Enfin l’examen peut montrer une stase folliculaire, maladie bien difficile à soigner.

Evidement une radiographie apportera plus de détails, mais il n’est pas si simple d’obtenir un bon cliché sur les geckos étant donné leur poids minime et leur faible densité. Et puis la transillumination, c’est simple, rapide, non dangereux et… peu coûteux !

Enfin, on notera que la transillumination présente aussi un intérêt chez les amphibiens, notamment ceux qui ont la peau claire, et chez les varans, comme méthode de sexage.

 

Mots-clefs : , , , , , , , ,